Share
04Oct
ArticlesConfidentielGastronomieGourmandPeople

Patricia B. Arty

Le P’tit Creux est reconnu pour être un endroit attrayant où la famille, les amis ou les collègues se rencontrent pour manger un bon plat local. Patricia B. Arty, propriétaire, nous raconte les débuts et l’évolution du restaurant.

Parlez-nous de l’évolution du P’tit Creux.

De 1992 à 2002, nous avons commencé à servir des sandwichs et de la salade. Cette offre était destinée, de prime abord, à un nombre restreint d’amis qui a crû et s’est multiplié à un rythme accéléré. Si bien, que nous avons jugé bon de transformer ce qui, au début, n’était qu’un travail d’appoint en occupation principale, un hobby en une activité professionnelle. Ce, tout en gardant un standard de qualité. Face à cette demande, nous avons décidé de nous équiper en conséquence et de former une organisation susceptible de répondre à notre vision, aux besoins des futurs clients et aux habitudes des anciens. C’est dans ce bouillon de culture que prend naissance le P’tit Creux. Dans sa version moderne, il varie ses services, offre un espace attrayant et un environnement familial. Au fil du temps, on est arrivé aux samedis du P’tit Creux, qui est non seulement un buffet mais également un lieu de détente ou parfois on a la joie de participer aux prestations d’artistes confirmés ou en devenir.

Combien de repas préparez-vous chaque jour ?

Dépendamment du jour et de la demande extérieure, le nombre de plats varie sensiblement. Le P’tit creux est un restaurant diurne qui, en plus du petit déjeuner et du dîner sur place, prépare des commandes à emporter et offre un service traiteur. En résumé, nous servons entre 100 et 200 plats par jour.

A quelle heure commencez-vous votre travail ?

Ma journée débute au lever du jour et prend fin, en principe, à 8h si les exigences du service traiteur le permettent.

Combien d’employés le P’tit Creux compte-il aujourd’hui ?

Nous avons des employés permanents et les temporaires qui sont utilisés surtout pour les réceptions. Nous avons 2 chauffeurs pour les livraisons, le personnel administratif, les serveurs, les employés de la cuisine (les sous-chefs), les aides divers, plongeurs, etc. Au total, on compte 30 employés permanents, pour 100 places assises.

Combien de temps mettez-vous à préparer les plats ?

La préparation, en soi, demande 6 heures environ, la mise en plat entre 5 et 15 minutes.

Qui compose les repas et qui décide du plat du jour?

Je compose les plats et le menu.

Combien de temps prenez-vous pour préparer le buffet du samedi ?

Le buffet du samedi requiert autant de travail que les autres jours. La seule différence, c’est que le personnel ne fait pas le service. Toutefois, la table du buffet demande une attention particulière pour son approvisionnement continuel.

Quelles sont les compétences nécessaires pour diriger un restaurant ?

Diriger un restaurant exige des compétences administratives, techniques et de bonnes relations humaines.

Par administrative, j’entends: tout ce qui a rapport avec la gestion financière, du personnel, des stocks, les besoins en matériel, en équipement, l’entretien et les prévisions.

Par technique, je pense à tout ce qui concerne la cuisine et les moyens d’exercer cet art particulier et délicat.

Choisissez la bonne réponse :

Pour moi, la cuisine c’est… au sens large, un ensemble de pratiques, qui met en jeu des connaissances acquises au cours d’une longue et passionnante quête de goût, à travers un mélange de traditions et d’ingrédients, où les saveurs sont manipulées pour créer un rêve pour le palais. C’est aussi, dans son sens restreint, ce lieu mythique, où le chef va donner libre cours à son talent pour donner goût aux éléments disparates de son arsenal.

Mon plat local préféré est… le bouillon de cirique. Cependant, ce qui me fait monter l’eau à la bouche, c’est la promesse que recèle un plat artistiquement présenté, la touche magique qui incite à la consommation.

Ce que je n’aime pas manger… Je mange de tout sans discrimination. L’exception à cette règle est le béga qui est une spécialité haïtienne. Ne me demandez pas pourquoi !

L’ingrédient qu’il faut toujours avoir dans la cuisine… l’ail et le persil. Ces deux condiments servent de base à toutes mes préparations. Non seulement à cause des arômes variés qu’on arrive à en tirer mais aussi à leurs qualités médicinales reconnues.

Quels sont les avantages et les inconvénients de votre métier ?

L’avantage de pratiquer cette profession : c’est un métier que je porte en moi, qui est ma raison d’être, ma passion. Cela me conduit à me perfectionner en permanence et me permet de rencontrer des gens de divers horizons. C’est mon gagne-pain et j’y prends plaisir. Le désavantage: je dépense beaucoup pour inventer de nouvelles recettes,

Qu’est-ce qui vous motive le plus dans votre travail ? 

Ma plus grande motivation est de voir un client satisfait quitter le restaurant le sourire aux lèvres. Car faire plaisir aux autres, c’est également se faire plaisir.

Qu’est-ce que vous appréciez le plus dans le contact avec votre clientèle ?

Mes contacts avec les clients – quoique superficiels – me confirment que le P’tit Creux est effectivement une source de satisfaction pour la grande majorité de ceux qui s’y aventurent.

Quels sont les plats les plus populaires ?

Les plus populaires sont les plats typiques haïtiens que j’ai fait redécouvrir aux compatriotes avec une touche particulière. Notamment, le tchiaka, le tom-tom, le boudin. Il y a aussi mes créations: le poulet au café, le gratin de petit mil aux fruits de mer, le maïs de St-Marc à la mozzarella, accompagné de sauces à base de fruits du terroir. Sans oublier, l’insurpassable griot, banane pesée, riz national.

Quel est le secret du succès de votre restaurant ?

Je pense que notre succès est dû, en grande partie, à : la constance de la qualité de notre production, l’accueil, le service personnalisé, le respect envers le client, nos nouvelles recettes mais aussi grâce au cadre, et à la simplicité qui font que tous nos clients se sentent chez eux.

Un dernier mot ?

Je remercie N.B. d’avoir pensé au P’tit Creux en lui permettant de se présenter au grand public. Je profite de l’occasion pour remercier tous ceux qui nous ont accordé leur confiance et leur appui au cours de ces nombreuses années et nous ont accompagné dans cette exaltante aventure. Le P’tit Creux = Good friends, good food, good music and good time !

Publié dans NB #35 – Octobre/Novembre 2014

Suivez-nous sur INSTAGRAM